Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)
 Bruit et pollution des avions    Chimie et substances nocives   Conférences, enquêtes, débats, plaidoiries et autres réunions d'informations   Elections communales 2006   Les actions en cours: ce que vous devez faire.   Les autres nouvelles   Trop de nuisances dans nos vies   Un petit accès d'humeur... 
TROP DE BRUIT ou comment lutter  contre (entre autres) les excès des avions en Brabant wallon.
Version  XML 
Pour vous aider

Archive : tous les articles


Conférences, enquêtes, débats, plaidoiries et autres réunions d'informations


Pour votre édification
A lire absolument: L'avant-projet de loi Landuyt, nos commentaires


Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?


Je ne veux pas être critique... de cinéma

Je ne veux pas être critique... de cinéma.

Je n’étais pas allé voir le « jour d’après » (1) au cinéma et c’est à la télévision, dernièrement, que j’ai glissé dessus, comme une savonnette sur le sol d’une salle de bain. Je suis tombé sur mon c... Voilà donc ce que donne le réchauffement climatique à la sauce Hollywood. (2)
Exagération et imprécision, une sorte de « Tour infernale » On Ice... Les spectateurs de ce film ont-ils changé de comportement ? N’ont-ils vu là qu’un énième film catastrophe prétexte à se bourrer de pop-corn et de coke ... ? L’éducation de nos contemporains passe-t-elle par le cinéma et Hollywood ? J’en doute et je ne suis pas le seul. D’autres plus calés que moi le disent.

Dans une interview au Journal du Mardi, JP van Ypersele rappelait que la thèse [du film] d’un refroidissement abrupt entraînant une nouvelle glaciation en Europe est sans fondement et il soupçonnait que certains milieux aient intérêt à ce genre de confusion, qui brouille les esprits.
Qui sait, les personnes qui ont financé ce film ont peut-être des liens avec l’industrie pétrolière.
Exxon Mobil ne finance-t-elle pas des organisations pour discréditer la théorie du réchauffement climatique et la comparer à une invasion d’extra-terrestres ? (3) Voilà, les petits hommes verts font peur.

Comment donc faire comprendre à nos contemporains que des changements de comportement sont nécessaires ? Comment donc faire comprendre à nos politiques que leurs décisions sont des aberrations à moyen terme ? Faire admettre le principe de la Révolution énergétique développé par JP van Ypersele dans l’article cité plus haut devrait être impérieux. Il s’agit de revoir la manière de se déplacer, de se chauffer, de consommer, de produire, d’aménager le territoire dit-il. Il faut [] arrêter de construire des zonings, des lotissements, des centres commerciaux qui accroissent des besoins de mobilité impossibles à satisfaire avec le transport public.

Il est donc temps que les politiques abandonnent cette écologie cosmétique que l’on trouve dans le programme de tous les partis, et et qu’ils entament une réflexion réelle. Il est temps qu’ils proposent à leurs citoyens de véritables perspectives. Certes, cela ira à l’encontre des comportements actuels : avion pour un oui pour un non, consommation sans réflexion, mais cela est nécessaire.
Les politiques, plus que les héros de cinéma, peuvent, doivent être les moteurs de ce changement mais ils ne pourront pas le faire sans nous.

Mais quels pourraient être les freins à cette métamorphose ? D’abord et avant tout, l’idée que l’on nous a vendu du bonheur. Quand nous aurons compris que « Félicité est dans le pré », « Délectation dans les bois » et « Allégresse dans l’ivresse des rencontres », on trouvera moins de charme au coup de soleil d’Ibiza. Plus que l’économie, la mondialisation et autres hydres à trente-six têtes, nous sommes les premières entraves à cette mutation.

Il faut arriver, tous ensemble, à cette Révolution énergétique. Sinon, ce sera le chaos énergétique et ce ne sera plus un film catastrophe.


(1)       http://tropdebruit.joueb.com/news/29.shtml
(2)       Le cinéma à la façon hollywoodienne est considéré comme particulièrement polluant.
(3)      
http://feeds.feedburner.com/ r/green-alert/ 3/48808871/le-clan-des-sceptiques.html    http://en.wikipedia.org/wiki/Global_warming_controversy

 

Vous pouvez lire cette chronique et bien d'autres, sur le site de l'écrivain Vincent Engel, dans la rubrique "Poil à penser", où s'expriment différents chroniqueurs comme Claude Javeau, Alain Berenboom ou Hugues Le Paige mais aussi le porte-parole de Trop de Bruit, Denis Marion. Cliquez-ici pour consulter ce site.
Ecrit par Cherche l'info, le Mercredi 13 Décembre 2006, 17:20 dans la rubrique "Un petit accès d'humeur...".


Commentaires :

  écolos caviars
14-12-06
à 08:24

"Il faut arrêter de construire des lotissements" ?!?!?

Et où va t'on loger les jeunes ménages ? Sous des tentes ?

Les terrains à bâtir ne sont pas extensibles et la construction de 4 façades est bien plus onéreuse que celle d'une 2 façades de rangée...Personnellement sans le système de lotissement "clé en mains" je n'aurais jamais pu m'acheter une maison ! Même une maison déjà construite revenait plus cher vu les travaux qu'ils fallait y faire avant de pouvoir y habiter décemment.

J'ai  donc l'impression que ce genre de discour provient d'écolos caviars et pas de personnes conscientes qu'il existe aussi des gens aux revenus modestes.

En conclusion je dirai que je suis à 100 % d'accord avec la nécéssité de consommer moins d'énergie et de moins polluer mais soyons un tout petit peu réalistes quand aux besoins d'habitats de la population. En tous les cas je ne permettrai à personne de remettre en cause mon droit à posséder ma maison sous prétexte que je ne saurais pas m'offrir une maison 4 façades au milieu d'un terrain aussi grand que cher !!!!!

PS: J'habite un lotissement mais j'ai opté pour le gaz naturel, les triples vitrages super isolants, je trie mes déchets, j'achète des produits présentants le moins d'emballage possible, je favorise les emballages recyclables  (et je ne mange jamais de caviar)...alors à bon entendeur...


  nain de jardin
14-12-06
à 09:19

Re:

Tant à la lecture de l'article paru dans le Journal du Mardi que la citation reprise dans l'article, on peut considérer que le principe d'un lotissement en soi n'est pas remis en cause mais seulement ceux dont la situation accroissent les besoins de mobilité... et il peut s'agir d'un groupe de terrains bien chers perdus au fin fond d'une campagne riante...
Nous ne savons si l'on peut qualifer le professeur van Ypersele d'écolo caviar mais il est saisissant de voir les raccourcis que nous sommes prêts à faire et notre incapacité à lire tous les mots d'une phrase.
Si les maisons existantes sont à ce point coûteuse, ce n'est certainement pas la faute du professeur, ni celle de l'auteur de l'article, ni celle des écolos. On bâtit des zonings au bout du monde alors qu'il existe des friches industrielles à réhabiliter proche de gares. On veut construire à la campagne mais aller au cinéma tous les soirs et avoir un magasin à moins d'un kilomètre...
Les propos d'un grand monsieur comme le professeur van Ypersele ne peuvent pas être pris négativement comme vous le faites... Tout ce qu'il dit est qu'il faut prévoir l'avenir et qu'un lotissement de 4 maisons ici et un autre de 15 là, loin de tout, ce n'est pas viable. Favoriser une certaine densification de l'habitat de telle sorte à ce que chacun puisse accéder à un transport en commun est important

Pour le reste, félicitation pour votre gestion quotidienne...

PS.Je ne bouffe pas de caviar non plus.


  écolos caviars
14-12-06
à 10:55

Re: Re:

Je ne vois toujours pas ce que les lotissements viennent faire là dedans ! Des maisons isolées  éparpillées au fin fond de la cambrousse nécéssitent aussi une mobilité accrue. Le lotissement permets juste de loger plus de monde sur des terrains moins étendus...en quoi cela gâche t'il l'avenir de la planète ? Mon lotissement se situe près d'une gare et d'arrêts de bus...un lotissement n'est donc pas nécéssairement éloigné de tout moyens de transport !

Ce qui est dit est paradoxal: un lotissement est par définition un ensemble de maisons dès lors, si vous revendiquer la concentration des habitants vous devriez plutôt râler sur les villas isolées non ?

Et puis tant qu'à parler de l'incapacité de certains de lire tous les mots d'une phrase et de faire des raccourcis je vous invite à relire mon commentaire: je n'ai jamais dit que le professeur, l'auteur de l'article ou les écolos étaitent responsables du prix des maison ;-)

Ce que je dis par contre c'est que le problème ce ne sont pas les lotissements, ni le fait de construire à "macapète" mais

1°)le manque de terrains ( et à prix raisonnable)qui oblige les gens à se loger de plus en plus loin

2°) l'éparpillement des habitations

3°) le manque d'efforts des pouvoirs publics quand à la généralisation des transports publics.

CQFD: la solution serait le lotissement de masse non ? ;-)

PS: on ne dit pas "bouffer" et puis vous manger ce que vous voulez je m'en fiche;-)


  Eric Vanderlinden
14-12-06
à 13:26

Re: Re: Re:

Juste pour remettre vos deux avis sur un dénominateur commun ;-)

Ce que les écolos en disent est relativement simple:

Augmenter la densification de l'habitat, éviter l'éparpillement des lotissements 4 façades-10 ares thuya. (J’ai dis éviter pas interdire ou taxer !). Promouvoir des projets de lotissements (nous préférons le terme d'habitats groupés)....et surtout construire de manière bioclimatique, visant à limiter le coût de la dépense énergétique (la moitié du budget d'achat sur une vie !)…c’est bon pour le portefeuille et bon pour la planète.

Réfléchir en ces termes c'est permettre à nos jeunes de se loger dans des régions fortement prisées. Louvain-La-Neuve reste exemplaire en tant que ville nouvelle exploitant son territoire (espace) au mieux....hélas, à des prix de plus en plus inaccessibles pour les jeunes ou les plus défavorisés d'entre nous ! L’accompagnement à un logement décent doit donc être une priorité du politique (elle l’est pour nous au niveau provincial !). L’accès à la propriété pour des logements dits « sociaux » doit être une piste à développer…ceci n’est pas un politique caviar !

Le « social » est une préoccupation «verte » également, car intimement lié à la notion de développement durable et soutenable (ma marotte)...Trouver la synthèse entre l'humain, l'environnement et l'activité économique c'est tout le challenge de l'écologie politique.

Eric Vanderlinden
Conseiller CPAS Ecolo à Perwez

PS: Désolé pour cette incursion de style tribune politique, mais parfois les choses doivent être dites.


  écolos
14-12-06
à 14:18

Re: Re: Re: Re:

Ne vous excusez surtout pas pour votre intervention, moi en tous les cas vous m'avez convaincu. En ce qui me concerne (et ce n'est pas la 1ère fois que je le constate dans vos interventions) je vous considère comme un vrai "écolo". Pourvu que le monde politique ne vous pervertisse jamais!

J'adhère totalement à votre opinion qui est de concilier le social et l'environnement, puissent vos amis politiques partager votre "profession de foi".

PS: par respect pour votre intégrité je retire"caviar", (mais sachez que je ne visais aucunement les écolos de votre trempe)  avouez  cependant qu'il y  a malheureusement certains politiques écolos ( pas les militants) qui  sont un tantinet "caviar" et qui se préoccupent plus de leur carrière que du bien être du pays. Il y en a moins que dans les autres partis certes, mais il y en a tout de même...

 


  ChercheInfo
14-12-06
à 17:19

Re: Re: Re: Re: Re:

Comme Webmaster, nous sommes toujours contents quand nos lecteurs se mettent d'accord.

Nous avons mis en gras la phrase incriminée pour que tout le monde sache sur quoi portait la polémique. A chacun de se faire une idée.

Il est par ailleurs dommage que nous ne puissions pas publier l'article du Journal du Mardi. Il n'est pas disponible sur Internet. Il est incontestablement très intéressant.

L'équipe de Trop de Bruit.


  Eric Vanderlinden
14-12-06
à 17:39

Re: Re: Re: Re: Re:

Je ne suis pas seul à penser dans ce sens...chez écolo… et j’espère de plus en plus ailleurs, parce qu’il y a urgence !

Vous devriez rejoindre une locale écolo, pour vous rendre compte des différences avec les autres partis.

Le type de contrôle démocratique du "groupe" de militants que forme une locale, évite bien des dérives. Même si la faible efficacité légendaire de nos réunions fait place progressivement à un réalisme plus politique,. aucune concession n’est faite en ce qui concerne le contrôle par la base de nos mandataires !

C’est pourquoi je garde la foi, confiant que si l’un (une) d’entre nous s’écarte du droit chemin (éthique du mandataire écolo, bonne gouvernance, penchant ou tentation au caviar !) il se fera remonter les bretelles par la base ….Le jour où ce n’est plus comme cela chez écolo je quitte la sphère politique pour rejoindre l’associatif !

Continuez à nous titiller, c'est bon pour le débat, bon pour nous éviter la grosse tête, et bon pour la démocratie participative ;-)

Bien à vous,

Eric Vanderlinden